lundi 26 juin 2017

Le domaine

Cette terre, c'était la sienne, faites de tourbe et d'argile, une terre lourde qui se transforme en boue lors des grosses pluies d'automne.
Elle l'avait aimée autant qu'elle l'avait détestée.
Chaque saison raisonnait pour elle différemment.
L'été amenait son lot de poussière et ses après-midi languides où l'on n'a envie de rien.
L'automne réveillait les hommes en leur rappelant que l'hiver était proche et qu'il fallait se dépêcher.
Les raisins et les foins n'attendaient pas, il fallait penser aux bêtes, aux marchés d'hiver, c'était une période intense.
L'hiver justement offrait une parenthèse qu'elle appréciait particulièrement.
On pouvait se couler au chaud dans le sofa devant la cheminée et regarder les flammes qui se reflétaient sur les boiseries du salon.
Puis Noël arrivait et l'effervescence reprenait.
La famille, les cousins, les métayers, tous étaient conviés à la maison et la fête marquait la fin de l'année et le passage du temps.
Et les derniers mois d'hiver annonçaient le printemps, chacun guettant les signes qui montreraient qu'il arrivait.
Quand il était là, on s'activait pour qu'il tienne toute ses promesses et déjà l'été pointait ses rayons à travers les pins.

Elle avait regardé tout cela passer année après année, gérant le domaine d'une main à la fois forte et douce.
Ce n'était pourtant pas ce qu'elle imaginait quand elle regardait, songeuse, l'agitation de la ville à la fenêtre du pensionnat.
Elle s'était rêvée grande voyageuse, montant à bord de bateaux immenses pour faire le tour du monde.
Elle regardait les Atlas avec envie, repérant les pays qu'elle visiterait en premier, ceux qui lui plaisaient moins mais qui seraient sur sa route.
Elle rêvait de montagnes, de mer et de grands espaces.
Elle se voyait voyageant seule avec un page comme Alexandra David-Neel dont elle avait lu tous les livres.
Sur ce point au moins, elle ne s'était pas trompée.
Elle avait abandonné ses rêves à la mort de son père pour rester au domaine avec son jeune mari qui lui avait pourtant promit de l'emmener aux Indes, au Japon, en Amérique du sud...
Et puis il l'avait laissée seule et elle s'était découverte casanière, ne voyageant plus que dans les livres.

Aujourd'hui, l'argile et la tourbe allaient l'enfermer à jamais.
Elle ne ferait plus qu'un avec son domaine adoré, son corps se décomposant lentement et se mêlant à la terre qui l'avait nourri pendant tant d'année.
Juste retour des choses.



C'est le dernier atelier de l'année et cette photo a provoqué en moi plusieurs fils différents qui partaient dans des directions vraiment très éloignées. 
Et puis finalement, la fin de l'année, le cycle, la répétition, la terre et l'enracinement ont été les plus forts. 
Bel été à tous les participants aux ateliers et à tous ses lecteurs... 


D'autres textes chez Leiloona... 






dimanche 25 juin 2017

Trifle express 🍧🍰🇬🇧

Ce matin, la journée commençait bien.
On s'est levé à une heure raisonnable, ma demoiselle a (encore) squatté mon lit mais sans me réveiller, et on se préparait à partir au marché.
Et puis d'un seul coup, je me suis souvenue que depuis hier, ma voiture ne démarrait plus !
Quand on a une enfant de trois ans, hors de question d'annuler une sortie quand on l'a annoncé.
J'ai donc dû prendre le break de monsieur (alors que j'ai une Fiat 500) et cela ne fut pas une partie de plaisir !
Il me fallait donc un dessert digne de ce nom pour me remettre de mes émotions !!




L'an dernier, pour le mois anglais, j'avais fait un eton mess (j'ai récidivé depuis d'ailleurs...).
Pour cette année, j'ai choisi un truc du même genre plein de crème et de fruit, un dessert à empilement hyper facile à faire !
Ma recette pourrait être plus précise, mais ça dépend un peu de vos goûts.
Je vous conseille néanmoins d'équilibrer les quantités.
La crème étant assez sucrée, les fruits viennent l'équilibrer et si votre coulis est un peu acide (comme l'est le coulis de framboise), cela évite que le trifle ne soit écoeurant.
Tout est une question d'équilibre 😊




Ingrédients : 
de la génoise (ou des boudoirs tout prêts, ceux qu'on prend pour le tiramisu)
des fraises ou autres fruits rouges
du coulis de framboises (ou de fraise ou de la purée de fruits ou de la compote)
de la crème pâtissière
de la chantilly
des copeaux de chocolat (ou des vermicelles, c'est bien aussi)

Dans un bol ou autre récipient d'une taille raisonnable, disposer le biscuit (ici des boudoirs coupés en morceaux), puis une couche de crème pâtissière et une couche de fruits / coulis.
Recommencer puis recouvrir de chantilly.
Saupoudrer de chocolat et déguster vite, la chantilly s'effondre !!!




Comme vous le voyez, c'est extrêmement simple, très adaptable aux goûts de chacun et follement décadent à l'entrée de l'été où tout le monde fait un régime !
On peut faire une version maison en faisant la génoise ou un sponge cake (recette ici), la chantilly, la crème pâtissière.
Comme vous le voyez, j'ai opté pour la version express avec crème anglaise toute faite chauffée avec un peu de maïzena (ou même pas) (la Elle et vire en sachet souple est parfaite), bombe de chantilly (celle de chez Isigny est top), et boudoirs tout faits.
Par contre, c'est notre coulis de framboise fait hier soir pour les yaourts du mois.

Je vous conseille un bon petit thé earl grey avec cette douceur sucrée à siroter sur une terrasse au frais !


Bonne fin de weekend !!! 


Plein d'autres recettes british chez Syl :) 








samedi 24 juin 2017

La dernière fugitive de Tracy Chevalier

Le mois anglais est toujours plein de belles découvertes (quand j'ai le temps de lire). 
Alors que je venais de terminer Miss Peregrine, j'ai mis de nouveaux livres audios sur ma tablette et dans ma PAL audio, j'ai trouvé ce roman que j'avais oublié ! 
Pourtant, il y a longtemps que j'avais envie de découvrir Tracy Chevallier. 
Et c'était justifié car j'ai vraiment beaucoup aimé !! 

Grace Bright part pour l'Amérique pour épouser un cousin avec lequel elle a correspondu plusieurs semaines. 
Elle a demandé à sa sœur Honor de l'accompagner. 
Mais le voyage n'est pas de tout repos et Honor subit le mal de mer pendant tout le mois que dure le trajet. 
A l'arrivée, les deux jeunes femmes choisissent de faire le reste du chemin par la route, mais Grâce attrape la fièvre jaune...  

Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre, je n'avais même pas le résumé en tête quand j'ai commencé le roman. 
C'est peut-être un bon moyen de découvrir une histoire sans arrières pensées. 
Je me rappelais vaguement que certains billets de lecture indiquaient que le roman précédent était meilleur, mais comme je ne l'ai pas lu, je n'avais pas de point de comparaison. 
Et c'était parfait parce que j'ai trouvé ce roman vraiment très chouette. 

Les thèmes sont assez classiques, il faut l'avouer, et cela ne révolutionne pas le genre. 
Honor est une jeune femme qui arrive de sa campagne et d'un autre pays et doit faire sa place dans le monde. 
Elle oscille entre deux hommes, entre le désir et la raison, elle est déracinée et a bien du mal à retrouver un équilibre. 
Mais ce n'est pas tout car Honor est une Quaker et leur mode de vie est assez particulier. 
Le roman permet de le découvrir et de se plonger dans une communauté qui n'a pas tout à fait les mêmes usages que ceux auxquels Honor est habituée. 
Il faut ensuite ajouter l'époque qui voit les migrants arriver en masse, et surtout la traite des noirs et le chemin de fer clandestin. 
Tracy Chevalier parvient à mêler tout cela dans un récit tout en délicatesse qui suit Honor dans sa nouvelle vie et son adaptation difficile. 
Il n'y a pas de temps morts, et les différents fils de la trame permettent de se laisser surprendre. 

Clairement, Tracy Chevalier est passée dans mon panthéon des auteurs britanniques (oups, en fait non, elle est américaine mais elle vit à Londres...) en quelques pages. 
J'ai un autre titre dans ma PAL et je me réjouis de retrouver bientôt sa jolie plume si attachante. 
Je vous le conseille donc pour lire sur la plage, pour un futur voyage en train pendant vos vacances, ou dans votre fauteuil, ou peu importe, lisez-le :D



Peut-être que ce billet rentre dans le mois anglais de Lou et Cryssilda... 
Elle habite à Londres Tracy Chevalier ! 





mercredi 21 juin 2017

Mais t'es où ?

La vraie vie prend parfois le dessus et la vie numérique est oubliée.
Ces derniers jours, je me suis délestée de plein de petits poids, j'ai terminé plein de choses, j'ai tiré un trait sur d'autres et sur certaines personnes.
Je vieillis sans doute, mais je ne suis plus prête à me laisser marcher sur les pieds et je n'ai plus envie de m'embêter avec des personnes néfastes.




Alors oui, il y a eu des larmes, des cris, des regrets, mais aussi du soulagement et de l'apaisement.
Ce n'est pas encore parfait, il y a toujours quelques cris dans la maison en fin de journée, mais je retrouve progressivement un niveau de calme qui me correspond davantage.

Et puis le mois de juin file vers juillet, la fin de l'année est là avec ses adieux et ses au revoir.
Ma minette dira au revoir à sa prof de gym dans quelques heures, bien qu'elle ne s'en rende pas vraiment compte j'ai l'impression.
Elle est déjà tellement tournée vers l'école que cet été va filer à toute vitesse.
Car à la rentrée, c'est parti pour plusieurs années !!!
Son sac d'école se remplit petit à petit, j'achète de temps en temps les petites choses qui sont sur sa liste et je cherche où je vais acheter ses étiquettes pour ses vêtements.
Mais j'ai encore le temps.




Et je lis aussi, de l'anglais pour le mois anglais et du non-anglais parce que je me suis lamentablement plantée cette année dans le choix de mes lectures !!
J'ai lu Miss Peregrine et ce n'est pas anglais, j'ai lu la Dernière fugitive et Tracy Chevalier est américaine 😕
Pas sûre d'avoir le temps de rattraper le coup avant la fin du mois mais je me suis régalée dans ces deux bouquins.




Bon, allez, je vous laisse, il faut que j'aille fermer toutes mes fenêtres, la température extérieure vient de dépasser la fraicheur (relative) de ma vieille maison.
Un temps idéal pour bouquiner à l'ombre en tout cas 😁
(ce que je ne vais pas faire puisqu'il faut aller à la gym, puis faire les courses, puis bosser un peu quand même 🙈😝)


Bon mercredi !!! 







mardi 6 juin 2017

Mon prix audiolib : le classement !! [et un petit concours !! 😁🎁]

Quand on participe à un prix, il y a forcément un moment où survient le plus difficile :
le classement !




Ce n'est jamais facile, mais en général, j'ai un coup de coeur absolu et un livre absolument détesté.
Et cette année, ce n'est pas le cas.
Je n'ai pas aimé Trois jours et une vie mais le lecteur était bon, tout comme Désorientale qui m'a énervé mais qui garde quand même de beaux passages.
A l'inverse, il y a aussi Petit Pays, dont la lecture m'a vraiment déplu alors que j'avais aimé le roman, ou Born to run ou je me suis ennuyé (et c'est trop long !!) mais je n'aime pas les autobiographies alors je suis mauvais juge.




Tout cela m'a rendu la tâche difficile.
Fallait-il privilégier le texte ou la lecture audio (c'est un prix audio quand même) ?
J'ai fait un peu les deux finalement et après beaucoup d'hésitations et de revirement, voilà mes délibérations finales :
Evidemment, nous sommes 15, alors les classements varient énormément, mais j'ai l'impression que mon premier est dans beaucoup de top 5, tout comme mon 2.
Audiolib va maintenant compiler tout ça et annoncer bientôt son classement.

Il ne vous restera plus qu'à tenter votre chance au concours qui vous permettra peut-être de gagner un livre audio si vous devinez le premier.



MAIS si vous ne pouvez pas attendre, comme j'ai reçu un de ces livres audios en double, j'ai eu envie de vous faire plaisir et de vous l'offrir. 
Je n'en ai reçu qu'un et je ne pouvais gâter qu'un seul d'entre vous, alors je me suis dit que je pourrais bien aussi partager quelques autres. 


Je vous propose donc de gagner l'un de ces trois livres audios : 






Pour participer : 
- Répondez à cette question en commentaire : 
quel était mon livre préféré l'an dernier pour le prix Audiolib ? 

- Indiquez le livre pour lequel vous jouez dans le même commentaire. 

- Si vous likez ma page FB ou celle d'Audiolib, 
vous aurez une chance supplémentaire (merci de me l'indiquer en commentaire)
-idem si vous partagez le concours. 


Les commentaires sont masqués mais je mettrai la liste des participants pour que vous sachiez que vous avez bien joué.

Règlement : 
Fin du concours le 22 juin à minuit. Jeu ouvert à toute personne physique majeure résidant en France Métropolitaine, limité à une participation par foyer. Je me réserve le droit de ne pas comptabiliser une participation. Les gagnants seront désignés par tirage au sort et précisés en édit de ce billet.

Participations enregistrés : 
Mind the gap
Kathel





http://www.audiolib.fr/prix-audiolib



lundi 5 juin 2017

Le fond de l'âme...

Elle avait accepté sans réfléchir.

Elle espérait peut-être recoudre un peu ce qui s’était détaché, ce qui s’éloignait sans qu’elle ne puisse rien faire.
Mais peut-on vraiment ressouder un couple quand plus rien ne tient ?
Il adorait la plongée, elle moins.
Toute cette eau la mettait dans un état de transe où sa peur n’était pas complètement contenue par la beauté de ce qu’elle voyait.
Mais il était toujours prévenant et elle finissait pas apprécier les sorties.

Sauf aujourd’hui.

Elle en était là de ses pensées quand elle se dit qu’elle ne voulait pas mourir sans rien faire !
Hors de question qu’il s’en tire comme ça.
Evidemment, le mobile était évident, c’est elle qui avait l’argent.
Mais l’accident était trop flagrant et il s’en tirerait à bon compte, c’est certain.
Elle se rendit compte soudain qu’elle avait encore sa planche pour prendre des notes.
Elle voyait sa réserve d’oxygène filer et il fallait faire vite.
D’une écriture qu’elle espérait lisible, elle nota en quelques mots ce qu’elle avait trouvé bizarre aujourd’hui, sa réserve d’air qui descend d’un coup, le comportement de son mari d’abord prévenant et soudain froid et brutal.
Et surtout, elle nota qu’elle était coincée par sa faute mais qu’il n’avait rien fait pour la sortir de là !
Sa liste n’était pas longue, mais elle avait noté les faits bruts et un enquêteur pourrait vite se rendre compte que quelque chose clochait.
Quand elle eu finit, elle réfléchit à l’endroit où elle pourrait déposer sa planche.
Si son mari redescendait, il la trouverait immédiatement.
Elle la mis donc sous les rochers, vers cette anémone des mers qui lui faisait de l’œil depuis tout à l’heure.

Elle soufflait à présent, vide soudain et n’attendant plus que la fin de sa bouteille d’oxygène.
Elle leva les yeux vers la surface, vers la lumière qui miroitait là haut et qu’elle ne reverrait plus.
Elle était étrangement calme.
Et puis elle le vit.
Il redescendait !!
Il avait à la main des outils pour la libérer des rochers !
C’était inespéré.
En quelques minutes, il fut à côté d’elle et la pierre qui la retenait au fond fut soulevée pour la laisser libre de ses mouvements.
Il lui faisait des signes lui demandant de remonter, mais elle était tellement surprise qu’elle le regardait sans comprendre.
Et soudain, une rage s’empara d’elle.
Elle arracha la barre de fer qu’il tenait et le frappa avec.
Si elle ne pouvait plus l’avoir, personne d’autre ne l’aurait.
Alors qu’il gisait au sol, elle poussa les pierres pour le recouvrir et remonta vite à la surface.

Quand elle atteignit le bateau, sa réserve était vide.
Et les secours étaient là.

Et sa planche était sous l’eau, décrivant son crime sans ambiguïté…


Je n'étais pas inspirée et puis finalement, le sujet m'est venu cette nuit. Je me suis empressée de prendre des notes avant de le développer ce matin et de le livrer à vos yeux.   
Vous trouverez d'autres textes chez Leiloona.




samedi 3 juin 2017

The british month is back !!

Iiiiiiiiiiiihhhhhhhhhh !!!!!!!

REVOILA LE MOIS ANGLAIS !!!!!!!!!!!


Trop tard ! Je suis en retard ! 

Il fut un temps où il y avait plein de challenges en tous genres sur les blogs.
Et puis on les a presque tous un peu délaissé, faute de temps, d'envie, la course à l'échalote n'intéressait plus personne*.
Mais s'il y en a bien un que je ne rate jamais, c'est le MOIS ANGLAIS !! 🇬🇧



J'ai manqué le mois japonais, le mois italien, mais pour celui-là, je suis prête !
J'ai une petite PAL (un peu la même tous les ans, l'an dernier j'ai eu beaucoup de mal à l'entamer) où il y a un peu de tout, mais surtout de quoi me donner envie de piocher dedans (et de vider ma PAL).




Il y a toujours un petit Coe, un Fletcher (qui m'effraie, j'ai peur d'être déçue), un Agatha Christie et un du Maurier.
J'ai mis cette année dans la pile des livres audio (mais pas sûre que Kellerman soit anglais...), un policier d'Ann Granger qui traine depuis longtemps, un Agatha Raisin gagné l'an dernier.
Il y a aussi un livre amusant sur le petit George futur roi d'Angleterre.




Je me suis aperçue en faisant cette pile que j'avais encore des doubles dans ma bibliothèque 😖
Bon, on va dire que j'avais vraiment envie de lire ces livres !
On pourrait peut-être faire un petit concours, qu'est-ce que vous en dites ?




Et sinon, cette année, j'ai déjà commencé alors je sais qu'il y aura au moins trois romans lus.
Je suis à la moitié de Miss Peregrine (et c'est super bien) dans mes oreilles, il me reste 1/3 de Ma cousine Rachel (mais je traine) et j'ai commencé Agatha sur ma liseuse et c'est pas mal.
Il y aura aussi de la musique, de la cuisine le dimanche, et des livres pour enfants.







Alors ? 
Ça vous tente ? Vous en êtes aussi ? 

Rendez-vous chez Lou et Cryssilda






*il en reste quand même quelques uns comme le Petit Bac chez Enna ou le challenge PAL chez Antigone.


vendredi 2 juin 2017

Mai agité !! 🌊

S'octroyer clandestinement deux jours de plus pour finir et souffler un peu / A l'impossible, nul n'est tenu / Cocher des cases sur sa to-do-list à la vitesse de l'éclair / Espérer la fin des cours avec impatience / Elle est proche, elle arrive, elle survient ! (lyrisme professionnel) / Rater mon train 😳 (ça ne m'arrive jamais d'habitude) / Le vernis à ongle dans le train, sérieux, ça devrait être interdit (ça sent super mauvais) / Les courriels agressifs qui mettent en vrac à 9h du matin, ça devrait être interdit / Les salles de cours désertées (mais on travaille mieux à 15 qu'à 35... c'est bizarre... 😝) / Regarder la pluie tomber... / A voté ! / Réserver un billet gratuit pour l'expo Vermeer en n'étant pas sûre de pouvoir rentrer (pas de catégorie "guide" pour les gratuits...) / Les petits pieds la nuit Vous comprenez, je préfère garder les croissants pour les clients, le mercredi les boulangeries sont fermées m'a dit le serveur du petit café en face de la gare où j'achetais (très) régulièrement un petit croissant... Une cliente de moins donc ! (ah bah non, je ne suis pas une cliente apparemment) Mon tour de taille le remercie ! / La gym et l'enfant qui s'applique / La librairie deux fois dans la semaine... / La jolie BDC'est moi toute seule ! / Le ciel est gris gris gris, le ciel est gris souris / La semaine de folie / Craquer dans la boutique du Louvre / Pourquoi tout le monde regarde le même tableau ? 🤔 / En fait, ils copiaient tous les potes de Vermeer. Bah et pis Vermeer aussi en fait !! / Le ménage à moitié fait / Elle dit "S'il te plait maman" (enfin) et je craque complètement / La valise remplie de laine, de trucs qui se mangent et de bouquins / Escapade professionnelle à Lille / 4 jours sans petits pieds, c'est très très long / Heureusement, il y a les belles rencontres / Crocheter des petits gilets pour éléphants pour oublier (et des chapeaux et des robes et des maillots de bain) / Shopping de culpabilité et shopping de réconfort / Flying Tiger, c'est le mal (mais ce serait bien qu'il y en ait un dans Paris centre) / Primark, je fuis, t'es moche / Le salon grand voyageur, le pied / Retour ébouriffant / Samedi (rangement, ménage, sieste), dimanche (mer), lundi (lessive, ménage, jardinage), mardi (rangement, ménage, lessive), mercredi (gym, courses, rangement des courses), jeudi ... je vais retourner au bureau, c'est plus reposant / Bye bye Bond / Rhume d'enfant = nuits pourries / Ah bah non, je ne vais pas retourner au bureau, ils sont trop méchants / Le burn-out émotionnel / Les larmes / La démission / Le soulagement / Non maman, je ne change pas de boulot, je ne suis juste pas très doué pour être chef / Fête des mères collées serrées Totoro et calinous / Les réunions sur des oeufs / Le temps volé et la joli petite balade / Le jour de la grande explication qui arrive... L'estomac dans les chaussettes... celle qui s'énerve toute seule... celle qui ne peut pas s'expliquer sans pleurer... celle qui dit toujours non... celles qui sont d'un coup bien embêtées parce qu'il va falloir reprendre le boulot lâché par celle qui n'en peut plus / Un câlin de réconfort qui fait un bien fou / Mais tu seras encore ma copine, dis ? / Rentrer plus légère sous le soleil...













































D'autres photos sur mon compte Instagram... 


Et d'autres billets Moi après mois chez Moka... 





mercredi 31 mai 2017

La bibliothécaire de Gudule

Il y a très longtemps que je voulais lire ce livre. 
C'est un classique de la littérature jeunesse qui figure sur les rayonnages de toute bonne bibliothèque ou librairie. 
Et c'est justifié. 
Guillaume s'est encore endormi en classe !
En guise de punition, son maître lui demande de raconter son rêve à la classe. 
Il se lance alors dans une histoire étrange, où il observe chaque nuit sa voisine d'en face, une dame âgée qui semble écrire à sa fenêtre une bonne partie de la nuit. 
Mais quand elle éteint la lumière, une jeune femme sort de son immeuble et file en courant dans la nuit. 
Tous ses camarades enthousiastes applaudissent. 
Mais où va-t-il chercher tout ça ? 
Guillaume, lui, se demande s'il aura le courage de la suivre ce soir... 

Le début est pas mal, n'est-ce pas? 
Il y a de quoi donner envie à un jeune lecteur d'en savoir plus, de suivre Guillaume et de découvrir cette jeune femme. 
Et puis il y a Doudou, l'ami de Guillaume qui parle en rapant, et toutes les aventures qui vont leur arriver. 
Car il s'en passe des choses !
On passe de rebondissements en rebondissements sans temps mort, on suit les personnages d'aventure en aventure et tout cela s'enchaîne parfaitement bien. 

Mais ce que j'ai vraiment aimé, ce sont les allusions à la nécessité de maîtriser l'orthographe et la ponctuation et l'amour des livres qui est exprimé ici. 
Les héros se retrouvent dans les pages de romans très variés et découvrent des personnages qu'ils ont envie de découvrir plus longuement ensuite. 
Il faut espérer qu'il en soit de même pour le jeune lecteur, mais tout est fait pour en tout cas. 

La version audio est expressive et assez courte puisqu'elle ne dure que 3h30. 
On entend bien les différents personnages et la lecture est énergique. 
Pour un jeune lecteur qui ne sait pas encore lire, qui n'est pas très à l'aise avec un livre entier ou pour un bon lecteur qui veut découvrir une autre façon de lire, c'est une bonne formule. 
J'avais mis le disque dans ma voiture, et à chaque trajet, on retrouvait cette histoire avec ma minette. 
Elle a été un peu perturbée parce que l'un des personnages s'appelle Doudou comme son Doudou, mais à part ça, elle a écouté certains passages avec attention, même à 3 ans. 

Si le roman est conseillé à partir de 8 ans, le livre audio, lui, me parait pouvoir être écouté dès 6 ans, quand les enfants apprennent à lire. 
Un bon petit roman pour l'été en tout cas. 




lundi 29 mai 2017

Ma part de Gaulois de Magyd Cherfi [Prix audiolib 🎧📚]

Et voilà le dernier billet pour l'édition 2017 du prix Audiolib !
Je termine cette année avec une autobiographie très vivante, une chronique des banlieues françaises et de l'ascension sociale.
C'est aussi une ode à la lecture, à l'effort et aux mots.

Dans sa cité, Magyd essaie de grandir entre sa passion des mots, sa volonté de bien faire et les copains qui lui reprochent d'être un intello. 
Ce n'est pas facile de suivre sa voie quand elle est à contre courant et qu'on observe la violence sociale du mauvais côté de la barrière. 
Mais à force d'efforts, d'acharnement et d'affirmation de soi, il va parvenir à sortir de ce qui aurait dû être sa vie... 

Je dois humblement avouer que je n'avais pas fait le rapprochement entre le nom de l'auteur et le groupe de musique Zebda dont il est le chanteur.
Cette information m'a sans doute traversée l'esprit, mais au moment de commencer la lecture, j'ai zappé.
Par contre, ce qui m'a marqué, c'est que la sélection de cette année pour le prix Audiolib a réuni plusieurs livres audios avec des similitudes.
Il y a eu les livres lus par leurs auteurs qui sont aussi chanteurs (celui-ci et Petit Pays), les autobiographies de chanteurs (celui-ci et Born to Run), et les livres de déracinés (celui-ci, Voici venir les rêveurs, Désorientale, Petit pays et le Dernier des Nôtres).
Evidemment, le traitement était chaque fois différent, mais c'est amusant de voir ces fils se tisser.

Bon, "et le livre" me direz-vous ?

Eh bien, je ne sais pas trop en fait.
Magyd Cherfi revient sur sa vie avec une verve qui fait du bien et un enthousiasme communicatif.
Il évoque ses jeunes années dans la cité et puis les changements dans sa vie qui l'ont transformé profondément.
Il n'oublie rien de la violence du quartier où il a grandit, de la difficulté de trouver sa place et des efforts qu'il a dû faire.
C'est très bien écrit, drôle souvent, un peu grossier parfois.
On assiste à ses réflexions et si on connait peu cet univers, on peut découvrir une réalité bien éloignée de celle des centres villes.
J'ai aussi beaucoup aimé les passages sur la lecture et sur l'école.

Mais j'avoue que certains passages m'ont lassé.
Il y a quelques répétitions et surtout, je crois que les autobiographies m'ennuient, c'est comme ça.
Mon avis n'est donc pas totalement objectif (mais aucun ne l'est finalement).

Quand à la lecture, elle est faite par l'auteur him self ! 
Elle est très marquée par l'accent toulousain de Cherfi, ce qui la rend très expressive et vivante. 
Je sais que certains participants de ce prix n'ont pas aimé, mais je trouve qu'ici, ça fonctionne plutôt bien. 

Si vous aimez les autobiographies, si le sujet vous intéresse, vous aimerez sans doute bien plus que moi.








http://www.audiolib.fr/prix-audiolib



LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...